SOS VLTP - UPTP

Aller au contenu

Menu principal

SOS VLTP

textes arriere plan

Editorial du 15 / 07 / 09 :  SOS VLTP une espèce en voie de disparition


Combien de chefs d'entreprises ont-ils saisi  les enjeux qui entourent notre profession ?. notre présent est de plus en plus entravé, et notre avenir est incertain..... Un enjeu à double dimension :


1 / La première dimension se présente sous la forme des contraintes qui ne cessent de s'accumuler et qui      rendent de plus en plus difficile l'exercice de notre profession.

Nous pouvons citer à juste titre

L'impossibilité d'emprunter les couloirs de bus alors même que ces couloirs sont affectés au transport public, et que nous sommes nous-mêmes qualifiés comme tel. Ceci nous pousse à nous poser la question de notre reconnaissance comme transport public par les instances administratives.

L'impossibilité d'emprunter la voie expresse  A1 entre Paris et Roissy CDG.

Le lancement des parkings pro par l'ADP, qui ne seront ni plus ni moins qu'une taxe supplémentaire imposée à notre profession. etc..

Cependant, grâce à notre mobilisation, ces problèmes trouveront leur solution.

Un dialogue constructif avec les administrations compétentes pourra exister.

2 / Une deuxième dimension d'enjeux se profile à l'horizon, des enjeux qui représentent un véritable danger pour nous si nous ne réagissons pas intelligemment; l'introduction dans notre marché d'une machine internationale et impitoyable que constitue un groupe dont personne n'ignore désormais la présence.

En effet, ce groupe s'intéresse de plus en plus à notre secteur d'activité. Il dispose d'énormes moyens financiers et d'une grande aisance pour accéder aux sources d'informations lui permettant une grande visibilité. Il bénéficie bien évidemment d'une grande facilité d'accès aux instances décisionnelles. Cela lui offre une marge d'action sans commune mesure avec l'ensemble de nos entreprises réunies.

L'avenir ne dépendra plus que du bon vouloir de ce groupe, si bien que nous pourrons disparaître à terme.

D'ores et déjà, un plan de développement est mis en place et permettra à brève échéance à ce groupe de rafler la mise. Il ne nous restera que des miettes. Une offre de rachat a déjà été faite au peu d'entreprises du secteur qui connaissent un début de développement. D'autres n'attendent que le moment ou l'offre leur sera soumise pour succomber.

Le but n'est pas tant de tirer profit de leur portefeuille de clientèle, que de procéder tout simplement au déboisement du terrain avant de lancer la machine qui engloutira l'ensemble.

Des secteurs de transport professionnels en souffriront certainement, comme les taxis, mais ceux là résisteront au vue de leur particularité inimitable. Les moto taxis , en feront également les frais mais résisteront car ils occupent un créneau à mon sens original et impossible à industrialiser dans les conditions actuelles.

Par contre ceux qui seront frappés de plein fouet seront les voitures de transport de personnes (petits autocaristes et VLTP de 4 places à 8 places) car c'est le créneau le plus prometteur, le plus industrialisable et dont les acteurs économiques sont les plus faibles, parsemés et désorganisés à Paris   et Ile de France comme dans le reste de la France.

Je vous ai écrit un jour que nous avons un déficit de développement de 30 000 véhicules pour rattraper le retard sur des métropoles comme Londres, j'ai omis de dire à qui cette perspective de développement est offerte … en fait à ceux qui la méritent.. La méritons nous  ?

Ce n'est plus une simple bonne idée que la nécessité de se mobiliser, c'est une question de survie.

Car ce n'est plus seulement pour résoudre quelques problèmes qui polluent notre quotidien que nous devons nous mobiliser ; c'est surtout pour trouver ensemble des perspectives de survie ou d'évolution de nos entreprises face à ce grand péril qui nous guette désormais de très très près. Il est désolant de voir des entreprises se poser encore la question de leur adhésion à l'UPTP.

Nous sommes moins de 2000 entreprises en Île de France. Cela suppose que le message devrait passer rapidement et que la jonction devrait se dérouler elle aussi le plus aisément possible. Force est de constater que ce n'est malheureusement pas le cas.

A bon entendeur salut

Nour Eddine Fakir


Retour à la page d'accueil





Retourner au contenu | Retourner au menu